Aprés une première tentative avortée avec notre ami John, nous entrons finalement au Laos, le 20 mars 2018, via la capitale Vientiane.

Malgré 800.000 habitants, Vientiane ressemble à une petite ville, sans le moindre gratte ciel. Nous pouvons circuler aisément en vélo dans les rues. Les panneaux, les noms de rue, ceux des ministères et des administrations sont écrits en laotien et en français, vestiges de l'époque colonialiste (1896 - 1946). 

Dans la principale artère, surnommée "rue des Champs Elysée", se dresse Patuxai, l'arc de triomphe Laotien, dédié à la mémoire de ceux qui se sont battus pour l’indépendance du pays.

Mais le coeur n'y est pas, car Vientiane restera avant tout la ville où nous avons appris le départ de Papa. 

P1310814

P1310812

Trois jours plus tard, nous nous dirigeons vers Vang Vieng , petite ville (25.000 habitants) sans charme au bord de la rivière Nam Song. La nature environnante est par contre magnifique : montagnes karstiques, grottes et rizières.

Située à deux heures de Vientiane, la ville attire de nombreux jeunes touristes en soif de sensations fortes (tubing, trekking, tyrolienne, escalade, mongolfière). Jusqu'en 2012, la drogue circulait librement à Vang Vieng, malgré l'interdiction dans le pays. Mais suite à de nombreux décès de touristes étrangers, le gouvernement a peu à peu rétabli la situation et, aujourd'hui, l'endroit attire toujours autant mais sans les excès passés.

P1310864

P1310873

P1310888

P1310893

P1310900

P1310903

P1310910

Des colons marseillais ont du passer par là.

P1310916

P1310925

 Et maintenant, rendez-vous à Luang Prabang, l'une des perles du Laos.